Jacques Borgetto

L'autre versant du monde


Texte

 

     Le vrai domicile de l’homme n’est pas une maison mais la route, et la vie elle-même est un voyage à faire à pied.

Bruce Chatwin

 

      La route, donc  notre chemin, peut être inscrite de mots. Mais, on le sait, encore, de visages fixés à la fraction de la seconde, de paysages façonnés comme des ombres tenaces, de lignes pures qui recréent la sensation. Où trois petites silhouettes d’enfants mennonites, un chien blanc presque fantomatique, une fête de village avec ses danseurs aux corps arqués comme dans une peinture de Botero, ou simplement, le vide et l’espace d’un parking crépusculaire, s’inscrivent dans notre regard.

 

     Les trajets photographiques de Jacques Borgetto au Chili ou en Argentine – des salines d’Atacama au geyser de del Tatio, ou de la pampa Santa Rosa à la péninsule de Valdés – ne sont presque plus des lieux. Ce sont plutôt des motifs, ceux du déplacement. Loin de tout exotisme, c’est son auteur même qui déplace sa propre personne, sa propre solitude et sa propre perception. II écrit des récits, des chapitres : le voyage recommence par chaque fois, en chaque cliché, l’essence photographique exprimée par un Lewis Hine, un Walker Evans ou un Robert Franck. La route est alors une pudeur et fait aveu d’une grande douceur vers la communauté des ombres et des lumières.

 

     Chien, homme, terre noire, tout se lie et tout dit que le vrai domicile de Jacques Borgetto sûrement n’est pas une maison, mais une photographie, une ligne de vie à partager.

Laurent Boudier

Biographie

 

     Jacques Borgetto est d’origine italienne, d’un petit village du Piémont.

      Né à Paris, il s’oriente très jeune vers la photographie.

 

  Sélectionné par les Rencontres internationales de la photographie d’Arles, il participe à l’exposition des jeunes photographes avec Bernard Plossu et Bernard Descamps.

    Entre dans les collections de la Bibliothèque Nationale, du musée Réatu au Mans et de collections privées.

 

     Nombreuses expositions : Galerie de Seine, Maison de la culture de Sens, Maison des Arts à Aix en Provence, Marseille, Londres, Berlin etc…

 

    En 1986, il part avec sa famille habiter en Provence, travaille pour les conseils généraux de la région et anime des ateliers de photographie pour les adolescents, tout en poursuivant un travail d’auteur.

    Il retourne s’installer à Paris en 2006. Voyage en Amérique du sud : Argentine, Chili, Uruguay, Paraguay ; en Asie : Chine, Tibet, Cambodge, Corée ; en Afrique et en Europe.

 

   Entre dans les collections permanentes de la Maison Européenne de la Photographie et de collections privées.


Parcours photographique


Expositions :

 

-         Promenades Photographiques de Vendôme.

-         Festival international du film sud-américain de Biarritz.

-         Sélection officielle du Mois de la Photo à Paris.

-         Espace Photographique de l’Hôtel de Sauroy, Paris.

-         Paris Photo avec leica.

-         Rencontres internationales de la photographie d’Arles.

-         Nature Humaine à Leblanc.

-         Château de Maison Laffitte.

-         Swisslife, paris.

-        Galerie Françoise Paviot

-        Nus et paysages à l’Espace Photographique de l’Hôtel de Sauroy.

-         Nuits Photographiques de Pierrevert.

Livres :

 

-          « L’autre versant du monde » Filigranes Editions.

-          « Nous avons fait un très beau voyage » Filigranes Editions.

-          « Terres foulées » Filigranes Editions.

 

 

Portfolios :


-          Photographie Nouvelle.

-          De l’Air.

-          Photographia.

-          Réponses Photo.


Pierre Carton

Les Gueules Cassées

Les anciens combattants du rugby


Texte

 

     Des hommes, des guerriers, des anciens internationaux.

    Si l'histoire du rugby a gardé leurs noms, leurs visages ont gardé des traces.

 

    "On ne fera pas de beaux vieux" aurait dit un jour Walter Spanghero en sortant du terrain le visage tuméfié.

     Si ce pressentiment était fondé sur le moment, et si certaines séquelles sont encore bien visibles aujourd’hui, de ces gueules d'anciens combattants se dégage une sereine humanité.

 

     Ils avaient le regard dur, les sourcils froncés, le visage tendu : telle était leur expression à l'aube de la mêlée.

     Aujourd'hui, ils posent avec la même détermination et la même sérénité, qui fait peut être la beauté de ces hommes.

 

     Voici un panorama des anciens guerriers du ballon ovale.

 

(Calotypes réalisés à la chambre grand format)

Biographie

 

         Né en 1987 à Bayonne.

 

        Passionné par la mer et l’image, c’est après des études dans la marine marchande que je décide de me consacrer pleinement à la photographie en 2009.

 

     J’entre alors à l’ETPA de Toulouse et en sors diplômé du troisième cycle en 2012.

    

     Je revendique une photographie de type documentaire, souvent très frontale, travaillant le plus souvent à la chambre 4x5.

 

     Mon univers photographique s’exprime principalement à travers l’expression du portrait.

 

         L’homme est au cœur  de mon travail.

 

     Je vis et travaille à Bayonne en tant que photographe indépendant.

 


Parcours photographique

2012 :
- Mention spéciale du jury au grand prix ETPA
- Exposition collective « L’ambiguité du réel, Toulouse »
- Exposition collective « Portrait », Maison de l’image documentaire, Sète 

 

2013 :
- Exposition collective « Portrait », Numériphot, Toulouse

 
2014 :
- Exposition permanente « les Gueules Cassées », Loreak, Bayonne
- Projet Vénus Pays Basque 2014, galerie Spacejunk, Bayonne

 

2015 :

- Exposition collective, les Essar[t]s à Bram (coproduction avec la galerie du Château d’eau, Toulouse)
- Projet Vénus Pays Basque 2015, galerie Spacejunk, Bayonne

 


À venir :


2016 :

- Exposition « les Gueules Cassées »,  festival "Blaye Images"
- Projet Vénus Pays Basque 2016, galerie Spacejunk, Bayonne


Nicolas Messsyasz

Les Nouvelles du Soir


Texte

 

Photojournalisme et esthétisme.

 

Construire une image avec des faits, sans trahir l'information, les événements et les protagonistes.

Nous avons le droit de commenter les faits, mais pas de les modifier.

L’éthique et la théorie ne tiennent pas compte des personnalités, des opinions, des revenus, et des inspirations d'un photojournaliste.

 


Nicolas Messyasz

10 ans de la photo du jour

(Le film)


Texte

 

Chaque jour n'a que la photo qu'il mérite.

Je ne pensais pas qu'il était possible de faire ça pendant dix ans.

Continuer me semble une évidence.

Merci à vous,

Amis, famille, anonymes, personnalités ou passants ordinaires...

Nous nous sommes croisés dans ces petites histoires,

vous avez été mon trésor le plus précieux.


Biographie

 

     Né dans le Nord de la France, bordelais d’adoption, réside et travaille à Paris depuis 2005.
    

     Diplômé de l’Université d’Arts Plastiques de Bordeaux III (DEUG, Licence et Maîtrise).

Sujet du mémoire de Maitrise « Le Médium est-il fondateur du statut d’œuvre d’art » (1999). UFR SICA de Bordeaux 3.

Parcours photographique

    Pratique du tirage et de la prise de vue photographique depuis 1990.
    Infographiste en images de synthèse pour des jeux vidéos de 1999 à 2003 (Kalisto Entertainment, Oeil pour Oeil, Digital Studio…).
     Photographe depuis 2004. Photojournaliste depuis 2010.
    

     Représenté par les agences de presse :
                                 - Hans Lucas (2015-auj.)
                                 - Sipa Press (2013-auj.)
                                 - Abaca Press (2012-2014)
                                 - Ciric (2011-2013)

Presse:

L’ensemble des quotidiens et magazines nationaux.

Quelques exemples de publications presse ici

 

Institutions, marchés publics et entreprises :
Corporate :  

EDF, Engie (ex-GDF SUEZ), Rock en Seine, Ministère de la Santé, Warner Music, Ville d’Argenteuil, Ville de Puteaux, Agglomération Argenteuil-Bezons, Financière Lérins, Grand Opéra de Bordeaux, Quadrangle Productions, Les Vieilles Charrues, La Maison des Amériques, Voyage Passion Photo, Collectif 360…


Eric Pillot

In Situ


Texte

 

     Depuis plusieurs années, je photographie l’animal, l’animal sauvage, dont certaines espèces ne survivront sans doute bientôt plus que dans des zoos dans les années à venir. J’ai effectué ma série « In situ » dans de nombreux parcs d’Europe, et  plus récemment des Etats-Unis.

 

     L’architecture et les décors des zoos sont intéressants à photographier, car ils sont riches d’influences, et empreints de la culture visuelle et artistique, populaire et savante, de leur pays. Ils ont beaucoup changé depuis l’apparition des premiers parcs, et continuent d’évoluer : les barreaux sont devenus rares, et les formes et les couleurs des installations évoquent souvent les contrées d’origine des espèces qu’elles abritent.

 

     L’animal me fascine comme un être étrange, beau et singulier. A travers mes images, j’essaie de le représenter dans toute sa beauté, et, d’une certaine façon, de me rapprocher de lui.  L’animal me semble très présent dans l’esprit des hommes, dès leur plus tendre enfance. Les couleurs et l’architecture de leurs enclos m’aident à faire appel à l’imaginaire et dans mes images (qui ne font l’objet d’aucune manipulation ou retouche numérique), les bêtes me paraissent pouvoir représenter quelque chose de l’ « animal en nous », dans toute sa diversité : celui que nous pouvons caresser, choyer, craindre,… celui des contes, des mythes, et des livres pour enfants.

 

      Enfin, mon travail est aussi une métaphore :  Je m’efforce d’isoler l’animal dans mes images (alors qu’il vit  rarement seul dans les zoos) afin de favoriser une rencontre,  une rencontre avec l’ « Autre » : un Autre que j’essaie de représenter avec noblesse et une certaine proximité, un Autre dont nous devons prendre soin, un Autre que je regarde, mais que je laisse aussi me regarder.                                  

Biographie

 

    Eric Pillot découvre la photographie après avoir effectué des études scientifiques et travaillé plusieurs années comme ingénieur.

 

    Il effectue depuis plusieurs années un travail poétique, centré sur l’animal, qu’il photographie dans les décors de nombreux parcs zoologiques.

    

     Il s’intéresse également aux paysages à travers plusieurs projets, dont sa série « Horizons ».

 

Parcours photographique

 

   Ses photographies ont été présentées depuis 2008 dans une soixantaine d’expositions personnelles et collectives, en Europe, en Asie et en Australie.

   

    Il a publié les monographies « In situ » aux éditions Actes Sud en 2012, « In situ 2 » aux éditions La Pionnière en 2015 et un hors-série de la Revue des deux mondes lui a été consacré à l’occasion de l’exposition « In Situ – Etats-Unis » à l’Institut de France en 2015.

 

 

    Éric Pillot est lauréat 2012 du Prix HSBC pour la Photographie et lauréat 2014 du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière - Académie des beaux-arts.

   

    Il est représenté par la Galerie Dumonteil à Paris, Shanghai et New York et par William Mora Galleries à Melbourne.

 


Bruce Milpied

Vulcan, ville minière, Roumanie


 Texte

 

    A 300 kilomètres de Bucarest, Vulcan est une petite ville de la vallée de la Jiu, qui fut la première région minière de la Roumanie.

 

   Nationalisées en 1948, la quinzaine d’usines de charbon de la vallée ferment aujourd’hui leurs portes, les unes après les autres.

 

   En noir et blanc cette fois, et à l’argentique, Bruce Milpied plonge dans le crépuscule des mines encore en activité. Son objectif capte le regard usé des dernières « gueules noires » de la vallée. Ces hommes voient leur niveau de vie chuter inexorablement depuis vingt ans et ne peuvent projeter aucun avenir dans une région qui vit un désastre économique, mais aussi écologique.

Katia Kukawka

Biographie

 

    Journaliste de formation et photographe depuis 2001, son travail c'est rapidement orienté vers deux axes : le jazz et le monde ouvrier.

 

    La première série sur les ouvriers du Port de Bordeaux est réalisée entre 2001 et 2002.

   Les premières photos de jazz seront prises en 2003 au Bordeaux Jazz Festival.

  Depuis le nombre de festivals, avec qui le photographe collaborent, à augmenter et de nouvelles séries ouvrières sont crées : Vulcan (mine de charbon, Roumanie),  Eisensüttenstadt (jardins ouvriers, Allemagne), Istanbul (fabriques de cymbales)...


Parcours photographique

(Dernières actualités)

2016  

- Exposition « A force de vie faites de murs », (séries Eisensüttenstadt et Vulcan) Musée d'Aquitaine, Bordeaux.

2015  

- Projection « photographies sur scènes de jazz », Festival Visa pour l'Image, Perpignan.

- Exposition « photographies sur scènes de jazz », Festival Jazzhead, Brème, Allemagne.

2014  

- Exposition  « Jazz & Workers », Maison de la culture de Nevers, dans le cadre du Festival D'jazz

2012  

- Exposition Conseil Général de Corrèze,  « photographies sur scènes de jazz », dans le cadre du Festival du Bleu en hiver, Tulles.


Matthieu Ricard


 Texte

 

« La vie spirituelle de Matthieu et son appareil de photo ne font qu’un, de là surgissent ces images fugitives et éternelles. »

 Henri Cartier-Bresson 

 

Biographie

 

    Matthieu Ricard est né en 1946, fils du philosophe Jean-François Revel et de l'artiste peintre Yahne Le Toumelin.

 

    Il voyage en Inde pour la première fois en 1967, où il rencontre de remarquables maîtres spirituels tibétains. Il décide de s'établir dans l'Himalaya en 1972, étudiant et pratiquant le bouddhisme.

 

   Il réside actuellement au monastère de Shéchèn au Népal et consacre la plus grande partie de son temps à la préservation de l’héritage culturel tibétain. Il est l’interprète français du Dalaï-Lama depuis 1989.

 

Parcours photographique

 

   

    Il photographie depuis plus de quarante ans les maîtres spirituels, la vie dans les monastères, l'art et les paysages du Tibet, du Bhoutan et du Népal et est l’auteur de plusieurs livres de photographies, dont, en français, « L'Esprit du Tibet», « Moines Danseurs du Tibet», « Tibet, regards de compassion», « Un voyage immobile », « Bhoutan, terre de sérénité » et, avec ses amis Olivier et Danielle Föllmi, « Himalaya Bouddhiste», aux Éditions La Martinière.

 

   Ses photographies ont été publiées dans de nombreuses parutions (National Geographic, Figaro Magazine, Animan, etc.) et exposées dans un grand nombre de galeries et musées dans le monde, notamment à Visa pour l’Image (Perpignan), Aperture Gallery et Rubin Museum of Art à New York, au Forum des Halles et à la Galerie « Voleurs d’images » à Paris, à Hong Kong, Winterthur, Stockholm, etc.


Rizak

La nef